« Un engagement à la réconciliation - et plus »

             

Un partenariat toujours d'actualité,  en évolution rapide et globale,

 Waltraut Wellenhofer le repète aujourd’hui encore : « Il est important, en raison de la mondialisation, de renforcer et d'approfondir les partenariats au-delà des frontières nationales » a-t-elle affirmé.
L'ancien professeur de l'école secondaire de Bobingen est aussi l’actuelle présidente de « l'Association des Amis d’ Aniche ». Depuis ces dernières décennies, elle a organisé avec dévouement le jumelage entre Bobingen et Aniche. 


                                                                         les jeunes de Bobingen avec leurs correspondants de  France.


Malgré les plus de 800 km qui séparent les deux municipalités, les rencontres de personne à personne sont au centre du partenariat.  Il est important, surtout pour les jeunes, de sortir de leur zone de confort habituel et de connaître une autre culture.  « Les échanges de jeunes sont une base pour une meilleure compréhension, pour lutter contre les préjugés »insiste Ralf Eberle, le responsable de la Jeunesse à la mairie de Bobingen. 


Le partenariat a plusieurs « pères »

La fascination pour ces voyages-échanges est évidente: les participants ne vivent ni en hôtels ni en auberges, mais avec les familles, à la maison

Bernd Müller, le  maire de Bobingen, appelle ces rencontres «  le « cœur  du partenariat »
Après que le président Charles de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer eurent lancé le traité d'amitié franco-allemande, le jumelage fut mis en place en 1969 entre les habitants de Bobingen et les Anichois, avec  l'engagement actif d'un partenariat solide. Cette fusion est l'une des premières de Bavière.

Les rencontres, gage de l’ouverture d'esprit.


Tous les grands mouvements naissent de la volonté de certains hommes. Dans le cas de ce partenariat, cet homme s’appelaitFrançois Longelin.

En tant que prisonnier de guerre, il fut affecté à la Füchsle familiale pour travailler dans le domaine agricole Grace Bauer au Lindauerstraße à Bobingen. Il trouva rapidement là une connexion familiale favorable.  Dans les années 1960 – alors qu’il était Maire d’Aniche,  il visita son ancien employeur et noua rapidement auprès du Maire de Bobingen Alois Häring et son ami Albert Amann une solide amitié qui finalement conduisit au partenariat entre les deux villes. Monsieur Longelin a exercé ses fonctions jusqu'au 1971. Il disparaît en Septembre 1986 ; il avait 72 ans.

Bon départ pour un bon jumelage. Une rencontre sans préjugés certes avec une communication un peu difficile (différence des langues). Mais il s’agit surtout d’une affaire de cœur. « Derrière chaque « Bisou » (sic) se cache une histoire personnelle… »


Ainsi, une amitié simple a grandi entre les deux petites villes. Elle est soutenue principalement par les gens: Ce sont les Associations, les travailleurs culturels et les individuels qui -par de nombreuses actions et activités- animent ce jumelage aujourd'hui. 


Cependant, un partenariat réussi doit l’être aussi au niveau politique. À l’occasion du 40e anniversaire du jumelage, Monsieur Michel Meurdesoif -alorsMaire d’Aniche- et son collègue Monsieur Bernd Müller -Maire de Bobingen- ont réaffirmé l'accord de partenariat lors d'une cérémonie dans le Singoldhalle. C’est aussi à cette occasion que deux Prix de la Culture de la Ville Bobingen ont été remis : L’un à Waltraud Wellenhofer ; l’autre à Jocelyne Bizé, présidente de l'Association Anichoise des Echanges(AADEI), pour leur implication active et historique dans les échanges entre les deux villes.

Aujourd'hui, le partenariat de la ville - notamment en raison des nouveaux moyens de communication (WEB….) - continue avec beaucoup de vie, de sentiments et d’ émotions. De nombreuses amitiés durables se sont développées grâce à lui. « Chaque Bisou (sic) et chaque larme versée au moment de la  séparation témoignent d’une histoire très personnelle » dit Waltraud Wellenhofer. « En raison du nombre et de la durée des échanges germano-français, un morceau de paix entre les deux pays a été créé », dit-elle encore.

Face à l’actuelle tendance de certains États à l’isolement économique et politique, l'amitié entre nos deux pays est plus nécessaire que jamais.

http://www.augsburger-allgemeine.de/schwabmuenchen/Ein-Bekenntnis-zur-Versoehnung-und-noch-mehr-id41252407.html

 


 

===============================================================================================================================

Saint-Jans-Cappel, le 18 – 02 - 2017

RESOLUTION

L’Union Régionale Nord-Est des Associations Franco-Allemandes pour l’Europe réunie en Assemblée Générale et Rencontres Régionales à Caudry le 30 octobre 2016 a proposé un projet de résolution transféré aux adhérents en consultation écrite et finalisé lors du CA de Houplines le 18 février 2017

Préambule
L’Union européenne connaît actuellement une crise de confiance sans égale depuis sa création, d’une gravité
telle que sa pérennité est menacée.
Or, d’une part, elle seule a permis la paix parmi ses pays membres, parce qu’Allemands et Français ont su dépasser leurs antagonismes et trouver les chemins de la réconciliation. Sans ce rapprochement fondamental, l’Union européenne n’existerait pas et de nouveaux conflits n’auraient pu être empêchés. D’autre part, elle seule peut peser sur la scène internationale : Les échanges économiques, les grands défis (climatiques, migratoires et démographiques), les crises et les conflits actuels ont une dimension planétaire.Seule l’Europe, puissance d’équilibre, unie dans sa diversité, peut offrir à ses membres le cadre permettant
de continuer à jouer un rôle à ce niveau.
Sortir de la crise de confiance actuelle passe par des réformes institutionnelles mais aussi par un renforcement des liens entre pays membres, notamment entre l’Allemagne et la France, pays dont la synergie, qui a constitué le moteur de la construction européenne, doit être impérativement retrouvée à un niveau
propre à lui redonner la force d’entraînement de ses partenaires.
Pour ces raisons, l’URAFA Nord-Est pour l’Europe demande aux gouvernements et parlements nationaux et régionaux respectifs, ainsi qu’au Parlement européen, selon leurs domaines de compétence

A : de prendre trois initiatives indispensables à une identité commune :
1° Renforcer, pendant toute la scolarité (dès le primaire, voire la maternelle et jusqu’à l’université) et sans
interruption, l’apprentissage de l’allemand en France et du français en Allemagne, notamment
- par la création de postes de professeurs en nombre adapté,
- par la création, le rétablissement et le renforcement de sections bilangues et européennes,
- par la reconnaissance et la valorisation du rôle des partenariats entre communes (jumelages) et des associations franco-
    allemandes pour l’Europe dans la promotion, l’initiation et l’enseignement de la
langue,
- enfin par l’attribution de bourses pour encourager les étudiants, les élèves en formation professionnelle les professionnels en
    formation et les jeunes travailleurs à la mobilité.

2° Enseigner une histoire commune telle que des historiens des deux pays l’ont rédigée depuis 1952, puis  plus  récemment de 2007 à 2009, et inciter à la connaissance réciproque des deux cultures qui ont nourri au fil des siècles tous les domaines de l’art, des lettres, des sciences et de l’artisanat.

3° Définir, harmoniser et optimiser des politiques et des mesures communes dans tous les domaines, prioritairement dans ceux de l’économie, de l’écologie, de l’éducation, de la santé, de la sécurité et de la diplomatie, notamment en intensifiant les rencontres entre les administrations nationales et entre tous les
acteurs de la société civile.
B : de s’accorder sur une Union européenne proche des citoyens, dans laquelle les décisions sont prises de façon démocratique et transparente, au niveau le plus approprié, Union que pourront rejoindre tous les pays d’Europe répondant aux critères d’adhésion en vigueur.


Dans l’attente de ces changements fondamentaux, la mise en oeuvre des grands thèmes abordés dans les
déclarations communes franco-allemandes de Berlin (2013), ainsi que l’enseignement des institutions, des droits fondamentaux et des progrès en tous domaines dus à l’Union européenne restent des objectifs actuels
.

En conclusion, les associations franco-allemandes pour l’Europe ont la certitude que, pour leurs deux pays et pour l’Europe, les seules voies d’avenir sont le renforcement de leurs liens et la recherche de formes de coopération plus étroite .

Fait à Houplines le 18 février 2017
La présidente de l’URAFA Nord-Est pour l’Europe     

      Siège social : 7, Résidence des Champs de Cappel ~ 59270 – Saint-Jans-Cappel
Contact :  +32.56.21.75.34 / 03.28.41.14.66. ~ @ : urafanordest@free.fr
Association n°0594010595 - SIRET : 79110252800019

_________________________________________________________________________________________________


  JOURNEES  INTERNATIONALES DE LA FRANCOPHONIE  

  
               L'Ecole de la Forêt  de NOVY BOR  au Palmares du "Concours de la Francophonie"    

                                                                                 

                                                                                     

La 6ème classe  de l'école de la Forêt de Novy Bor   à l'honneur

La classe de 6ème de l'école de la Forêt de Novy Bor(enfants de 12 ans) sera reçue à PRAGUE le 21 mars, au Ministère des Affaires Etrangères, pour y recevoir un diplôme pour le travail réalisé lors du concours de la francophonie.

A LIBEREC (capitale et chef-lieu de Région), deux jeunes de l'école de la Forêt  de Novy Bor se sont également distingués au concours de conversation française. Il s'agit de Sabina qui a été reçue 1ère et de Adam, 3ème, bien connus des Anichois pour avoir récemment participé ( et dansé) lors du dernier Jumelage de notre ville. Nous apprenons aussi qu'ils sont retenus pour le concours national qui aura lieu à PRAGUE.


L'AADEI se réjouit  cette année encore, du succès de ces élèves et anciens élèves de l'Ecole de Monsieur Henri NOVAK.  Ce n'est ni une surprise ni une chance; c'est le résultat d'un attachement à la France et à l'enseignement de la  langue française, de M. et Mme NOWAK (leur professeur de français).

   

Lors du 45ème anniversaire du jumelage le 11 novembre  2014 à Aniche,  Sabina et Adam s'étaient produits en danse artistique devant  les amis de l'AADEI

          

                                                                                 M. et Mme NOVAK                                                l'Ecole de la Forêt à N.B.

      


  "Concours de la Francophonie"

Le Ministère des Affaires étrangères (MZV) et le Ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports (MŠMT) tchèques, en collaboration avec l’Ambassade de France en République tchèque, l’Institut français de Prague et les Ambassades des pays francophones représentés en République tchèque organisent régulièrement, en début de l’année, le concours de la Francophonie.
Ce concours est individuel et est ouvert aux élèves des établissements secondaires (střední škola) ainsi que des écoles fondamentales (základní škola).

Présentation du concours  "Dis-moi dix mots"   clic sur

Cette opération de sensibilisation à la langue française invite chacun à jouer et à s'exprimer sous une forme littéraire ou artistique de septembre à juin.
Dix mots à écrire, slamer, chanter, filmer... !
                   « chafouin »  « fada»  « poudrerie »  « dépanneur »  « lumerotte »   « dracher »   « ristrette »  « vigousse »  « tap-tap »  « champagné ».


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En rapport avec la visite de l'AADEI à VIENNE (Autriche) en mars 2016:

L'arbre généalogique des HABSBOURG.